jeudi 15 octobre 2015

INDE : résumé des 6 mois, 2 ème partie.

En route pour Kanyakumari

Le voyage en train s'est bien passé, beaucoup plus facile d'ailleurs que ce que nous pouvions imaginer !
Nous sommes contents de remonter sur nos montures. Cette longue pause sur Pondichéry a été un drôle de mélange qui nous a fait passer par toutes sortes d'émotions. Nous nous sommes aussi retrouvés sédentaires alors que notre mental s’accélérait. Nos corps avaient besoin de se poser tout en étant habitués à bouger... Y a-t-il un lien de cause à effet entre ces oppositions ? Reprendre la route nous permettra peut-être de répondre à cette question. Les paysages qui nous accompagnent jusqu'à Kanyakumari sont verts et agréables, seul les plastiques un peu trop présents à notre goût viennent dénaturer les lieux !

Kanyakumari, est la ville la plus au sud de l'Inde. C'est un haut lieu de pèlerinage pour les Indiens. Il y a l'ashram et le mémorial du philosophe Vivekananda qui est resté méditer sur un rocher, lieu où se trouve le mémorial maintenant, le temple de Bhagavathy et le mémorial de Ghandi. Kanyakumari est l'un des lieux où les cendres de Gandhi ont été répandues.

Temple de Vivékananda

Mémorial de Gandhi


Nous y restons juste quelques jours.La ville est sympa et très animée par la foule d'indiens venus en pèlerinage. J'aime les voir faire « trempette » tout habillés dans l'océan. La joie qui se lit sur leur visage nous fait croire que c'est la première fois pour eux, pas sûr ! Ils viennent ici aussi pour faire des achats dans la multitude de petites échoppes, et laissent derrière eux les plastiques se déplacer au gré du vent.

Un jour, alors que nous étions en train de manger, le patron arrive et nous tend un journal local. Quelle surprise de voir une grande photo en couleur avec nos trombines....mes enfants sont excités, on rigole bien ! Le patron nous traduit l'article qui est en Tamul. Sur le moment nous ne comprenons pas très bien d'où vient cet article. Sur la route, un homme nous a arrêté et posé quelques questions comme c'est souvent le cas. Nous avons fait des photos puis chacun à continué sa route. Ce scénario est tellement fréquent en Inde que nous n'avons pas fait la différence avec un journaliste !!



Nous remontons maintenant plein nord sur une toute petite route qui longe l'océan, c'est vraiment superbe et très tranquille. 



Nous faisons une pause sous un kiosque pour manger, se baigner et faire école. Nous envisageons même d'y passer la nuit. Dormir en plein air, nous adorons, Yan en particulier. Combien de fois lors de nos petites excursions en France, nous montions la tente et nous dormions à côté, à la belle étoile !
Bref, Yan est ravi mais c'est sans compter la crainte des indiens et leur ténacité. A la tombée du jour les rares indiens présent sont venus nous demander où nous allions dormir. Comme à notre habitude, nous leurs avons expliqué nos intentions... Ils s'y ont opposés, ils nous ont expliqué que le lieu était très dangereux, que l'on ne pouvait pas dormir ici... Ce discours, nous l'avons entendu dans tous les pays traversés et pourtant nous ne nous sommes jamais sentis en danger !!

La perception des choses est bien différente entre les locaux et nous autres voyageurs ! En général, nous avons toujours réussi à expliquer que nous n'avions pas peur, qu'il ne fallait pas s'inquiéter... mais là, impossible. Ils n'en démordent pas, la police arrive et nous tient le même discours ! Nous expliquons que nous ne pouvons ni revenir sur Kanyakumari, ni rejoindre une autre ville en vélo à cette heure-ci, c'est beaucoup trop loin alors que la nuit s'installe déjà. Les hommes discutent entre eux, et l'un d'eux nous propose de dormir dans une maison non loin gratuitement. Nous le suivons. Yan est hyper déçu !!

Notre prochain objectif est l'ashram d'Amma. Nous traversons des villages de pêcheurs où le calme et la sérénité ont l'air de régner en maître. La nuit venue c'est comme une guirlande lumineuse qui s'allume au large. Le nombre de petits bateaux qui pêchent à la lampe est incroyable. Dans ces petits villages nous croisons également énormément d'églises. Toutes plus jolies les unes que les autres. Il y en a même des rondes. Nous en visitons quelques unes. Ces haltes sont parfois suivies d'une invitation à déjeuner... A côté de quasiment toutes les églises il y a une reproduction de la grotte de Lourdes, c'est surprenant.








Sur la route, nous sommes très souvent interpellés par les passants à croire que tout le monde lit le journal dans le coin. Une fois, nous achetons des bananes et l'homme emballe les fruits avec une feuille de journal, comme d'habitude, sauf que cette fois-ci c'est nous dessus !!! De vrais stars je vous dis !!!
Une autre fois, alors que nous étions dans une montée, des jeunes hommes se mettent devant moi, ils veulent m'arrêter, sur le moment je me demande ce qu'il se passe et j'hésite un peu. Mais devant l'excitation de ces derniers je stoppe, nous comprenons très vite qu'ils nous ont vu dans le journal et sur la route un peu plus en arrière. Ils sont allés acheter à boire pour nous !!! Incroyable, nous en restons sans voix. C'est sans doute un des meilleurs sodas que j'ai bu de tout le voyage ! Nous discutons un peu avec eux, après une séance photos et bien des remerciements nous reprenons la route le cœur léger remplit de l'amour que ces personnes nous ont offert.




Kovalam du 14 au 21 janvier 2015

Kovalam est une station balnéaire du sud du Kerala. Elle fut autrefois un lieu privilégié des hippies.
Cette station balnéaire se trouve en bas d'une falaise. Pour y arriver nous avons un peu de mal à retenir nos vélos tellement la descente est raide. Nous qui n'aimons pas trop les endroits touristiques en général, nous apprécions ce lieu tranquille sauf les prix qui sont à l'image du site !!! Nous trouvons une petite guest house "Eden héritage", nous arrivons à négocier le prix, passant de 1000 roupies à 500 roupies (= 6,60 €) car nous expliquons que suivant le prix nous resterons plus ou moins longtemps. Le gérant est très sympa, il propose même des cours de yoga sur le toit tous les matins... je suis trop contente car cela fait vraiment longtemps et j'ai beaucoup de mal à pratiquer toute seule !
Nos journées sont à l'image de tous vacanciers sur la côte : petit déjeuner dans la chambre + café sur la promenade, château de sable pour les uns, lecture pour les autres, repas à la chambre, école, plage avec bodyboard, douche, repas à la chambre, film ou balades...








Nous avons aussi profité des avantages d'un lieu touristique, à savoir trouver une alimentation différente même si le prix ne nous le permet pas tous les jours, se faire plaisir de temps en temps ça a du bon ! La pizza face à la mer d'Arabie sera savourée comme il se doit.




Nous nous initions au bodyboard. Les enfants se régalent vraiment mais pas que. Jm qui n'est pas super à l'aise dans l'eau retrouve son âme d'enfant et passe avec Yan de supers moments. Yan du coup est super motivé pour apprendre à nager et commence donc à se débrouiller.
Mais un crabe passant par là le pince au gros orteil. Son cri est tel que j'ai l'impression que toute la plage se retrouve autour de nous. Il saigne beaucoup, l'entaille est belle. Autour de nous les gens y vont de leurs conseils empreints de leurs peurs, ce qui fait encore plus paniquer Yan qui ne veut pas aller à l'hôpital ! Une touriste qui vient sur la plage avec sa trousse d'urgence, à priori nous passe de quoi désinfecter tout de suite, je reste un moment à comprimer la plaie et tenter de raisonner mon gars !
Il est quitte pour remonter à la chambre sur le dos de son papa qui vient juste de sortir de son massage cadeau d'anniversaire, dont il n'aura malheureusement pas pu savourer les bienfaits longtemps !
Pas de bodyboard pour Yan le lendemain, dur, dur. Il en profite pour faire de super châteaux de sable que les familles indiennes viennent admirer, prendre en photo... ils ont l'air surpris de ce que fait Yan, c'est vrai que nous ne les voyons pas jouer avec le sable. 




Le 22 janvier, nous chargeons nos vélos, les au-revoir avec Riju le gérant et Karine une allemande avec qui je fais du yoga les matins, (nous ne nous connaissons pas vraiment mais quelque chose "d'étrange" nous unit) sont chaleureux !! Nous partons en direction de Thiruvananthapuram où nous devons aller dans un des petits ashram d'Amma par une toute petite route. Actuellement en tournée dans le sud de l'Inde elle doit venir le 24 et 25 de ce mois. Je suis trop contente, cela fait deux ans depuis le début du voyage que je ne l'ai pas vue. Et cette fois-ci c'est la bonne, dans deux jours je pourrai profiter de son énergie, sa dévotion, ses chants, son enseignement...




En arrivant nous pouvons ressentir l’effervescence des préparatifs. Nous avions convenu avec un homme deux jours plus tôt que nous dormirions ici pour aider aux préparatifs. Mais aujourd'hui, ce même homme nous dit que c'est impossible, il y a trop de dévots qui suivent Amma en tournée qui arrivent, il n'y a plus de place. Il nous faudra toute la journée pour trouver une solution pour le soir. Une gentille famille nous accueille dans sa maison juste à côté.

L'état de la maison ne nous permet pas d'y rester plus d'une nuit. Nous avons pourtant dormi dans toutes sortes de circonstances et pensions être prêt à toutes situations, mais là !!!
Le lendemain matin, nous reprenons la route pour essayer de trouver où dormir. Nous trouvons juste une chambre en bordure de grande route plus chère qu'à Kovalam et juste à quelques kilomètres...c'est décidé nous y retournons car en prime nous pourrons profiter de la plage !!

Je me sens triste, si prêt du but j'ai la sensation de m'éloigner de plus en plus !!!

Samedi 24 janvier, on se lève de bonheur pour aller voir Amma, en bus cette fois !! Nous retrouvons Vivek et Goven toujours avec le même sourire. On nous installe aux premiers rang. Lorsque Amma arrive sur la scène, elle nous regarde et nous sourit l'air de dire "ah vous êtes là mes enfants" !! J'ai presque envie de pleurer, Zoé aussi. Je pense que c'est moi qui exagère, que ma volonté de la voir fausse mes ressentis, mais après en partant je fais part de ce ressenti aux miens, Jm et Zoé ont eu le même !!!

Nous repartons avec la nuit. Nous croisons un éléphant sur la route, les hommes sont en train de lui mettre des catadioptres sur sa queue...excellent !


Varkala, du 26 au 31 janvier

La route est agréable malgré la chaleur, la circulation et les montées de plus en plus présentes. J'ai un peu de mal d'ailleurs ! Varkala est une autre station balnéaire.Eh oui, on suit la côte, alors forcément !!! C'est très différent de Kovalam, plus joli à mon goût. La plage est au pied d'une énorme falaise. Seuls quelques boutiques et restaurants agrémentent cette plage, le gros de l'activité touristique se trouve au sommet de cette falaise avec une vue incroyable. L'ambiance est sympa, un peu plus jeune que Kovalam et avec plus de mixité avec les indiens. Varkala est d'ailleurs un lieu de pèlerinage, où les indiens viennent vénérer leurs morts en faisant des offrandes qu'ils jettent dans la mer. Nous y restons quelques jours. Il y a sur la gauche de la plage principale, derrière les rochers une immense plage déserte où les locaux ne viennent pas, je me permets donc une baignade en maillot de bain, trop bon ! La mer est ici plus agitée, voir dangereuse c'est le seul bémol !





Yan et Jm fabriquent un bateau avec du bois, des vrais Robinson, c'est très réussi !



Et pour la vidéo c'est ici

Pour le repas du midi nous allons dans un petit resto qui donne sur un grand bassin où des indiens viennent se laver, se baigner... Nous faisons la connaissance d'un couple d'apiculteurs René et Bernadette, tout de suite le contact passe, nous discutons longuement. Ils nous offrent un café et une glace pour les enfants dans un petit bar sur la corniche. Ils sont vraiment très intéressants,




En redescendant vers la plage nous retrouvons Aurélien un jeune français marié à une ravissante indienne, il fait des baptêmes de parapente sur la falaise. Nous avions discuté ensemble la veille. Nous avions envie de faire notre baptême mais le prix nous faisait hésiter. A notre plus grande surprise, Aurélien offre aux enfants leur baptême, c'est vraiment trop trop sympa. Yan et Zoé sont super ravis malgré l'appréhension. Aurélien nous propose de manger ensemble se soir, nous acceptons volontiers, être en sa compagnie est plutôt sympa. Décidément aujourd'hui les rencontres sont riches !!








Merci jeune homme.
En arrivant devant la guest house, il y a une fanfare et un éléphant tout décoré... les cadeaux continuent aujourd'hui !! On le suit sur la plage et on profite de ce spectacle avec le coucher de soleil.
La soirée continue à l'image de cette journée magique, au restaurant avec Aurélien son épouse et leur fils Ahyan et ses parents en vacances.

Il y a des jours comme cela où tout est magique, rempli d'amour et d'émotion...merci à René, Bernadette, Aurélien et toute ta famille, à cette fanfare et l'éléphant...






Le départ de Varkala n'a pas été simple, nous avons croisé plusieurs personnes avec qui discuter en même pas 1 km !!! Arrivé à la hauteur de notre petit restaurant il est déjà midi, nous avons parcouru seulement un à deux kilomètres mais on décide d'y manger avant de prendre réellement la route ! Nous y retrouvons notre couple d'apiculteur avec qui nous échangeons encore et encore, nous avons décidément bien du mal à nous séparer !!!



Nous roulons maintenant en direction d'un tout petit village pour assister à un festival avec des éléphants. La route est super agréable, toute petite souvent au bord des backwaters. Il fait très chaud, heureusement les arbres sont fréquents le long de la route.

Au détour d'une route, nous apercevons deux éléphants qui sortent de la forêt avec des musiciens. Ils prennent la route, on les suit. Pédaler à côté ou derrière ces énormes pachydermes c'est impressionnant. Zoé n'est pas trop rassurée.




Nous arrivons à côté du temple où à lieu le festival. Il commence à avoir beaucoup de monde. Impossible de trouver une chambre pour dormir, nous demandons à la maison juste en face. Ils acceptent que nous dormions sur la terrasse et nous apportent même à manger.

Il y a en tout 34 éléphants décorés, le temple à mis son habit de lumière. La foule est plus dense quand la procession des éléphants commence. Ils traversent le pont puis, c'est la rivière qu'ils doivent traverser. Nous sommes bien placés pour les voir arriver, ils passent juste à côté de nous. Pour la traversée de la rivière, les éléphants changent de cornac, ce sont les plus anciens qui font traverser les bêtes. Au bout d'un moment nous retournons vers le temple avant la fin de la procession, quelle bonne idée! Juste quelques minutes plus tard, il y a un mouvement de foule, les gens s'affolent et courent dans tous les sens... on se met à l’abri en les voyant arriver. Un homme nous explique qu'un éléphant est devenu fou en sortant de la rivière, juste là où nous étions quelques minutes plus tôt !! L'animal est assez vite maîtrisé et ficelé les pattes écartées, attachées à deux arbres et une maison !
Les festivités reprennent, la musique bat son plein.










Nous essayons de dormir, mais la maison est aux premières loges, pas simple. La récitation d'une histoire religieuse succède à la musique. Il est minuit passé, les rues se sont vidées. Nous espérons enfin dormir mais cela ne s'arrêtera pas avant la fin d'un feu d'artifice que nous devons être les seuls à voir, nous avons la meilleure place, il est 3h du matin et plus personne ne circule !!!

Le lendemain, nous devons reprendre la même route, ce qui ne nous motive pas trop car elle va monter, monter et en plus il fait super chaud. Nous nous arrêtons pour prendre des pêcheurs en photo. Une petite mamie vient à notre rencontre. Elle nous invite à nous rafraîchir avec un bon jus de citron et des gâteaux. Elle nous indique que nous pouvons prendre un bac pour nous faire traverser la rivière, ce qui devrait nous faire gagner du temps.




Nous suivons ses instructions en revenant sur nos pas sur juste quelques kilomètres. Nous trouvons le bac. Deux pirogues sur lesquelles a été construite une sorte d'immense plate-forme en bois. Une voiture et une dizaine de motos s'y entassent, plus nos vélos. La traversée ne dure que quelques minutes, nous y serions bien restés plus sur cette embarcation, et elle nous aura coûté juste 15 roupies en tout (20 centimes d'euros).







De l'autre côté on se retrouve pas loin de là où nous avions mangé la veille à midi ! Jm pense que nous avons fait un raccourci d'environ 30 km, génial. Et en plus, nous nous sommes évités les montées. Merci petite madame !

9 commentaires:

  1. Bonjour comment allez vous bientot retour au pays

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous allons très bien le retour en Europe est prévu pour le printemps prochain....
      A très vite.

      Supprimer
    2. Nous allons très bien le retour en Europe est prévu pour le printemps prochain....
      A très vite.

      Supprimer
  2. Merci pour ce récit très intéressant ! Bonnes nouvelles rencontres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lysalys cela fait plaisir car je doute parfois de mes écrits.

      Supprimer
  3. I just look through your pics!! It's been long time after we met in Jambia!! And you guys still traveling!! Awesome!! Have a good trip and I will pray for your country.

    RépondreSupprimer
  4. C'est génial. bonne continuation ! A bientôt

    RépondreSupprimer
  5. Bien sûr que votre blog est super! Bonnes fêtes de fin d'année. (Fabienne )

    RépondreSupprimer

On adore vous lire alors n'hésitez pas à nous laisser un petit commentaire, l'abus n'est pas dangereux, alors profitez en. Merci